06 octobre 2006

[CYBER-CITOYENNETÉ] Bereno, ou le blog et l'inspecteur du travail blogueur censurés

via : Le journal d'un Avocat | Le Monolecte | Ashram de Swâmi Petaramesh

La blogosphère est un monde totalement à part dans notre paysage médiatique. Au delà de la mode du blog "3615 my life avec my photos de my potes et my délires", sont apparus de très bons blogs, avec plus de textes que d'images, mais qui ont pour effet de faire gamberger l'internaute au delà des réflèxes reptiliens. Heureusement que la blogosphère comprend ces espaces d'interaction, remarquables à la quantité parfois impressionnante de commentaires ou de trackbacks (malheureusment non supportés céans).
Si aujourd'hui je vous parle à nouveau de ces blogs textuels, c'est parce que la liberté d'expression vient encore de prendre une claque. Le blog, c'est la possibilité pour Monsieur ou Madame Tout le Monde de pouvoir prendre la parole et de se réapproprier une partie du débat citoyen. D'expliquer leur vie, leurs opinions, leurs pensées, voire leur métier, une fois que les précautions d'usage sont prises : neutralité du propos, pas de mentions de nom de personne ou d'entreprise etc. Ce qu'appliquent par exemple Maître Eolas dans son excellent blog juridique que j'ai déjà présenté ici lors de la crise du CPE. Ce qu'appliquait également un blogger qui m'était pour moi inconnu, et que je n'ai appris l'existence par le triste évènement que je vais vous décrire ci-après. Maître Eolas veut "faire des vagues", à nous d'apporter le vent amplificateur de ces vagues.
Bereno était (est encore, bien heureusement) un inspecteur du travail. Il tenait un blog, hébergé sur Le Monde, sur son travail, expliquant des cas de figure, des affaires qu'il avait eu à traiter. L'inspection du travail pouvait se montrer dans sa dimension initiale, celle de défenseur des travailleurs, qui sous la houlette de dirigeants peu scrupuleux, voyaient leur position confiner parfois à l'exploitation. Ce travail d'explication au grand public, il le faisait de manière neutre, effaçant les noms, les lieux, les dates, pour ne garder que les faits, les pourquoi.
Ce blog avait acquis une grande renommée, au point d'être placé en page d'accueil du journal Le Monde attirant un grand nombre de visiteurs, entraînant un grand nombre de commentaires, d'interactions, d'échanges. Ce blog, venait de fêter mi-septembre sa première année d'existence.
Aujourd'hui, tout lien renvoyant vers ce blog se solde par un laconique "TypePad : this account has been suspended". En effet, la hiérarchie de Bereno a appris l'existence de son blog et lui a intimé la fermeture de cet espace. Rien que cela. Aux dernières nouvelles, Bereno n'a souffet d'aucune sanction liée à la publication de son blog, l'ayant purement et simplement anihilé de la Toile. Cette censure, pour les raisons qui ne sont pas les bonnes, est totalement inacceptable, Bereno, dans le peu que j'ai pu lire de lui était neutre, mettait en lumière des pratiques peu reluisantes, et montrait à tous ce à quoi les inspecteurs du travail était confrontés. Surtout, cela permettait à tout le monde de prendre conscience du côté obscur (pff classique) que peut revêtir le travail en entreprise, et de savoir, pour nous, futurs employés, à quel sauce dans le pire des cas nous serions mangés.
Où est l'affront? Où est le franchissement du devoir de réserve que se doit d'avoir un fonctionnaire de l'Etat? Rien de tout cela dans ses textes. Mais censuré pour publier des textes qui dérangent, qui font réagir.

Mais il n'y a pas lieu ici de s'apitoyer. Ce qui est fait est fait, mais nous avons un allié que la censure ne peut contrôler. Votre ordinateur, les serveurs sont tous des unités qui stockent, copient, envoient et reçoivent. La censure a tué le site principal? Refaisons-le renaître sur d'autres serveurs ! Cela est tout à fait possible. Comment s'y prendre?

La fonction "cache" de Google est très puissante. Pour améliorer les performances du moteur de recherche, une armée de "robots" aspire le contenu web pour mieux le recracher au premier mot clé entré. Donc il a été possible de récupérer une grosse partie de l'oeuvre de Bereno
Ensuite, le principe de republier avec des mots clés spéciaux initie un phénomène de Google Bombing. C'es le principe qui a permis au fim Iznogoud d'arriver en deuxième position quand on tapait "Sarkozy" dans Google... Donc avec des mots clés tels que "Bereno, blog, blogueur, censuré, inspecteur du travail".
Ce travail de republication a déjà en partie été réalisé, puisque de-ci de-là, fleurissent l'intégrale des posts de Bereno, la technique étant de reprendre au hasard un des billets de Bereno et de le poster en rappelant son origine, et sa date. Parce que nos gouvernements n'ont pas à bafouer une des lois les plus fondamentales des droits de l'homme : la liberté d'opinion, d'expression et de publication.

Ci dessous, un éventail des liens pour lire l'excellente prose de Bereno :
Bigupload contient en ses entrailles un an de blog au format PDF
Exacer.be contient tous les textes en accès direct

Plus d'infos sur le mouvement de contestation de la blogosphère ;
irrepressible.info (Amnesty International)

S'il vous prenait l'envie de reprendre sur votre blog un texte de Bereno, il faudra pour rendre efficace l'opération de republication faire un trackback, si votre plate-forme de blog le permet (typePad, DotClear etc.) ou un commentaire dans ce billet pour manifester votre publication.

Parce qu'internet n'appartient pas à une poignée de décideurs. D'ailleurs, le prochain post sera dédié à Bereno.

3 commentaires:

pokra a dit…

J'ai "l'impression" que ça n'a plus rien à voir avec des vagues, mais du tsunami.

Ne connais pas Bereno, mais lisais silencieusement avec force appétit ses
descriptions du monde de l'entreprise & et en particulier(pour l'avoir subi) BTP: heures sup. non déclarées, conditions de sécurité, contrats successifs, etc.......
Merci d'avoir relayé l'info.
pokra

Tom a dit…

Salut,
C'est le premier article que je lis dans ce blog mais il m'a l'air bien sympa... hop il est dans mes favoris. Mais ça n'est pas pour dire ça que je post, d'ailleurs tout le monde s'en fout ^^
En fait je sus tombé un jour sur ce site (http://www.archive.org/web/web.php) qui marche assez bien. Je connais pas l'adresse initiale du blog mais ça a marché pour énormément de site avec lesquelles j'ai essayé. Voila voila, à bientôt.

Damien a dit…

Bien vu, on trouve quelques articles de Bereno sur Webarchive. Connectez vous sur
Wenb Archive et entrez l'adresse suivante.
http://bereno.blog.lemonde.fr

J'en profite au passage pour signaler que le PDF avec tous les billets n'est plus accessible (fichier à temps limité). aussi, je le remets sur mon FTP perso :
[ICI]

Damien