19 mars 2006

[GREVE] La jeunesse dans une impasse... Mais quelle impasse?

Hier, aujourd’hui et sûrement encore demain, la France toute entière est secouée par un véritable raz de marée : le CPE ! Une question simple ici : à quoi sert le contrat première embauche ? Il y a plusieurs définitions mais hélas les deux seules que l’on entend tout le temps en ce moment, à la télé, à la radio, dans la rue et autres écoles ne font pas vraiment avancer le débat….
Pour le gouvernement il s’agit de la réforme la plus aboutie en matière d’emploi pour les jeunes et surtout pour ceux en difficulté (entendez par là ceux qui n’ont pas de diplômes) ; enfin pour les étudiants, syndicats, et autres oppositions, il s’agit du plus mauvais moyen d’aider les jeunes à obtenir un travail et à les installer durablement dans la précarité. Ce terme est d’ailleurs très intéressant à explorer dans le cadre de la jeunesse.
On dit que la jeunesse est dans la précarité depuis longtemps. La gauche dans son ensemble parle d’un problème qui persiste depuis que la droite est à la tête du gouvernement – il est vrai que la situation a été empirique depuis – La droite, elle, fait remonter la précarité à Mitterrand et à ses divers gouvernements, qui il est vrai, n’ont pas vraiment réussi non plus dans se domaine (inutile de rappeler les nombreuses tentatives de réformes). Pour moi ceci est un faux débat – les uns et les autres sont tous plus ou moins responsables de cette situation. N’oublions pas qu’il y a eu cohabitations sous Mitterrand et Chirac et que Allègre et autant Balladur, alors respectivement ministre de l’éducation nationale et premier ministre, se sont cassés les dents sur les révoltes étudiantes et des profs. Et si le vrai problème n’était autre que la volonté des français à toujours tout contester ?
Une des vérités qui me vient alors en esprit est que notre pays est vraiment ingouvernable et qu’il est impossible de proposer quoi que se soit sans déclancher des manifestations.
Revenons au CPE. Quoi qu’en disent les syndicats, les politiques d’opposition et surtout les étudiants, le débat passionné qui oppose ceux qui sont pour et ceux qui sont contre est loin d’être gagné d’avance. Jamais les français et les étudiants n’ont été aussi divisés. Si comme d’habitude certains partis politiques et associations étudiantes ont tendance à généraliser et à affirmer haut et fort que tout ce qu’ils disent est pensé par la majorité des étudiants, ils se trompent. Les A.G de notre université nous le prouvent. Une assez faible mobilisation et un dialogue très difficile et perturbé.
Deux exemples pour illustrer mes dires : jeudi 16 mars à l’AG, il était impossible de dialoguer tant il y avait de bruit, chaque intervention étant sifflée par les uns ou applaudi bruyamment par les autres empêchant ainsi la bonne tenue de l’assemblée (une AG à l’image du débat télévisé du même jour et qui n’a non seulement pas fait avancer les choses, mais a révélé l’incapacité de nos politiques, des syndicats et des associations étudiantes) . Deuxième exemple, il a été impossible jusqu’à présent d’entendre un son de cloche différent que celui de la partie contre le CPE. – on pourrait en effet reprocher à ceux qui sont pour de ne pas s’exprimer, mais comment ne pas les comprendre devant tant d’agressivité d’un auditoire et de divers représentants étudiants devant le moindre discours un peu différent du leur (je retiens l’intervention d’un jeune homme pris à parti après son discours par des représentants étudiants, alors que celui-ci exprimait son droit légitime de pouvoir étudier et ainsi demander à ce que la FAC ne soit pas bloquée – un jeune qui par ailleurs a voté pour la reconduction de la grève – preuve qu’étudier et être contestataire ne sont pas incompatibles).
Je regrette ainsi que l’individualité s’efface trop devant un groupement de gens qui ne réfléchissent plus que par la ligne de conduite imposée par quelques leaders. Je pense que l’UVSQ a un grand rôle à jouer dans ce débat mais il lui reste encore a mieux à s’organiser afin d’espérer obtenir une plus grande influence et surtout une plus grande majorité de vote pour la grève sans recourir à une infime minorité qui hélas ne venait pas de notre université. Notre FAC est jeune et moderne et il ne tient plus qu’à nous de la faire grandir au rang des grandes universités parisiennes (déjà !).
Quelles solutions pour le CPE ? Pour ma part je suis sceptique tout en reconnaissant que le postulat de départ est bon. Je m’explique : Si la jeunesse est dans la précarité depuis longtemps, ce n’est pas en faisant rien (comme certains anciens ministres très populaires qui de peur de perdre de leur popularité n’ont rien fait dans l’éducation ni dans l’emploi !) que nous trouverons du boulot et un emploi stable plus tard. L’idée de donner des stages est bonne également car dans n’importe quelle entretien d’embauche on demande les qualifications et l’expérience. Cependant je suis contre une si longue période qui pour moi n’est pas forcement nécessaire. Le fait de pouvoir être licencié à tout moment est une grosse tache dans le projet et doit être rayé immédiatement. Par contre en ce qui concerne la précarité, le Premier ministre a essayé de donner des garanties qui n’étaient pas prévu initialement dans le CPE, preuve que la mobilisation a été et doit rester nécessaire et que le premier ministre n’est pas aussi sourd (n’oublions pas qu’il n’a pas dit comment il allait trouver tous les sous !!!). Par contre l’étude plus minutieuse du texte m’a permis de remarquer que pas mal d’arguments exprimés par les opposants au projet ne sont pas fondés, d’où la nécessité pour chacun de s’informer sur le CPE par lui-même et non pas par la bouche d’autres personnes convaincues (qu’ils soient pour ou contre !).
Ma soluce ? Je n’en ais pas vraiment et se serait très vaniteux de ma part ! J’ai des avis – je suis pour le retrait, une nouvelle analyse et une nouvelle proposition négociées, ou alors une renégociation très rapide, et avec le retrait des différents points les plus sensibles et notamment le licenciement abusif. De plus, je préfère un projet renégocié sur de bonnes bases, dans le calme, plutôt qu’un nouveau texte proposé par l’opposition qui est pour l’instant irréaliste et économiquement désastreux devant le gouffre des dettes de l’Etat (proposition fait par une ancienne ministre de l’éducation nationale, qui ma foi, n’a pas fait long feu) et portant le nom de la fille à notre ex ex-premier ministre !

Hack de damien : le vilain admin est passé par là pour faire quelques corrections de présentation

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Je me suis toujours méfié des AG et la dernière (jeudi 16 mars)ne ma pas rassuré! de plus, et cela je ne l'ais jamais comprit, pourquoi ceux qui tiennent le débat sont que de l'unef, et sont donc partie prenante! de plus l'hostilité ressentie lorsquil propose le dialogue ne m'a pas du tout donné envie de descendre de mon banc (où il y avait d'ailleurs des mecs de Trappes qui n'étaient pas étudiant) et de m'exprimer sur le sujet! de plus je ne suis pas d'accord avec le résultat des votes, il est faussé par des gens qui ne sont pas étudiants, et la majorité n'est pas aussi apparente!
alors démocratie ou phénomène de groupe????
De plus je tiens à préciser à l'article que le projet a surtout été proposé pour les jeunes en difficultés et ayant besoin de stages pour travailler! les étudiants eux ont des diplomes, je ne dis pas que c plus facile, mais bon!
d'accord avec max, pour le retrait des trucs les plus chiants du cpe.

Anonyme a dit…

il faut revenir sous vichy, au moins les loi étaient respectées, et ca n'était pas la rue qui gouvernait. Depuis laisse t-on la parole à quelque manifestants, et surtout aux casseurs qui ravagent notre capitale, en ne tenant pas ocmpte du droit d'étudier des autres?

Etudier est un droit mais respecter les autres est un devoir

Damien a dit…

La référence au régime de Vichy est plus que discutable. Dis plutôt qu'avant mai 68, l'ordre moral était encore plus ou moins respecté! :D
Bon article, Max pour ta grande première!

masseux de versailles a dit…

"De plus je tiens à préciser à l'article que le projet a surtout été proposé pour les jeunes en difficultés et ayant besoin de stages pour travailler! les étudiants eux ont des diplomes, je ne dis pas que c plus facile, mais bon!
"

je susi d accord avec toi ( et encore lol ) ...
mais dans ce cas pourquoi ne pas l inscrire dans le cadre de la loi....
Perso je pense que ce texte peut etre bon, pour les petites entreprises par exemple o pour les plus demunits...
mais je pense qu il y a egalement de gros points noirs tel que le licenciment non motivé... si c est vraimnet pcq les emplopyeurs ont peur des revers de fortune de leur entre^prise ne vaudrait il mieux pas assouplir les conditions de licenciment economique...?

Anonyme a dit…

Je reprends ce que dit l'article... je pense que le projet doit etre renégocié mais pas dans son entier, il y a des choses bien et d'autres non! et sinon d'accord avec toi sur le fait des petites entreprises!
.

Anonyme a dit…

moi j'avais une autre requete a faire mais sur ce blog en général. je vois qu'il y en a qui sont contre (voir trop) et d'autres commentaires plus neutre. concernant le dernier article je dis chapeau à lauteur qui ne cite explicitement personne meme si on sent les références à lunef: "Je regrette ainsi que l’individualité s’efface trop devant un groupement de gens qui ne réfléchissent plus que par la ligne de conduite imposée par quelques leaders". je suis d'acccord .cette assoc ne nous sert pas bien et préfere servir c propres interets. au fait le ministre populaire c ki? c lang????
autre chose. je pense que ce blog est meilleur que celui construit par la fac contre le cpe (car il est vraiment contre), ladministrateur devrait faire de la pub et les étudiants plus venir parler!voila c tt
au fait je suis en deuxième année de droit et on est pas tous des cons!!! faut le dire

Anonyme a dit…

MAIS VOUS ETES TOUS BETES FAUT ARRETER CA YA PLUS LE TPS AU DIALOGUE FAUT REAGIR VITE ET MANIFESTER. LUNEF ELLE LA BIEN COMPRITE. ELLE EST EFFICACE ET SI ON DOIT FOUTRE LE FEU ON LE FERA.MERDE

Anonyme a dit…

Je trouve que depuis le début il n'y a que de la contestation et pas assez de propositions... la jeunesse doit dire ce qu'elle veut et ne pas se faire influencer par des syndicats.... L'Unef a toujours le même son de cloche, Ils nous enmerdent

Damien a dit…

Merci pour le soutien, il y a quelques flyers affichés sur les panneaux d'affichage libre étudiants, mais je doute que les grévistes supportent que j'affiche mon blog concurrent du leur sur les vitres de l'université...

Élo a dit…

Le mouvement contre le CPE dépasse aujourd'hui l'Unef : elle ne prend pas toutes les décisions et ne délivre pas toutes les propositions : le comité de grève de la fac y participe également.
Par ailleurs, il est toujours plus facile de critiquer ceux qui se mobilisent. Les AG sont souvent vues comme peu crédibles mais il faut savoir que dans un mouvement, l'AG y est souveraine et chacun est libre de s'y rendre pour exprimer ses idées (je désapprouve totalement les comportements puérils qui les ponctuent, les huées par exemple ; soit dit en passant, même à l'Assemblée Nationale ce sont des gosses si l'on suit ce raisonnement!).

Anonyme a dit…

Bon alors moi je suis bien d'accord avec le fait que l'Unef ne propose rien à part cette phrase qui restera gravée dans nos mémoires "milite réfléchie!" looool
enfin cependant ils ont des idées et ils les font entendre avec calme pour la plupart. Je voudrais pas te critiquer élo car j'ai bien vu à la dernière AG que ceux qui s'amusaient à huer les intervenants avec lesquels ils n'étaient point d'accord t'emmerdait. Je respecte tout à fait l'Unef et ses militants même si je partage pas trop vos idées.Mais par contre je voulais dire que Dominique a trop fait chier a l'AG où on a voté la grève en agressant un étudiant de médecine et en l'empechant de parler mais bon Dominique n'est pas réputé pour sa finesse alors je vais pas m'étendre.
En tout cas Max ton article est trop bien, franchement t'assures, c'est clair et réfléchi. Je voulais ajouter à propos des propositions. J'en ai une et elle est très simple. Pourquoi les jeunes sont dans une situation précaire? Tout simplement parce que l'école ne répond pas aux attentes des chefs d'entreprise, parce que on est pas assez proche de ce monde là et aussi parce que la fac a mis en place une sélection par l'échec où tout le monde peut rentrer et sortir avec un diplôme qui ne vaut pas grand chose. Alors il faudrait réformer le système de l'éducation et des propositions très bonnes sont présentes. Pourquoi on réforme pas??? Tt simplement à cause des syndicats, des profs qui vont dans la rue (et qui nous y pousse) dès la moindre volonté de réforme. Ils (les syndicats) vont dans la rue pour protéger leurs intérêts et nous laisse ainsi dans notre situation précaire alors merci. C'est pour ça je comprend pas pourquoi on a pu laisser parler un syndicaliste de la CGT à une de nos AG alors qu'il avait rien à faire là, c'était un débat étudiant.

Anonyme a dit…

Je trouve que cet article assez neutre reflete totalement la vision qu'on la majorité des étudiants de notre fac. réservé, prudent mais surtout indéci. faut pas chercher bien loin d'où vient la faible mobilisation, les étudiants en ont marre de se faire utiliser comme des jouets par certains groupes de gens qui ne pensent qu'à leur futur vie politique. d'ailleurs l'ancien président de l'unef de sa quantin est un bon exemple! il a surfé sur la vague du LMD et puis ensuite il est parti vers d'autre cieux plus important que notre fac.