11 mars 2006

[EMPLOI] Le CPE s'attaque à tout, même la Sorbonne

Difficile, pour qui regarde les infos à la télévision, de ne pas voir les images pour le moins inhabituelles d'affrontements entre CRS et étudiants à la Sorbonne... La Sorbonne? Le monument historique? La faculté prestigieuse? Décidément, le CPE hérisse le poil et tiraille tout le monde, au point que les étudiants ont littéralement tenu un siège médiéval pour tenter de bouter l'envahisseur "Céhairesse", balançant depuis les barbacanes tout ce qu'ils avaient sous la main, notamment des échelles. Ils auraient pu aussi faire un remake de la "journée des tuiles" (vous m'avez compris, je voulais parler d'un épisode où la population avait lançé des tuiles sur un corps de l'armée du royaume, à Vizille le 7 juin 1788, ce que l'on considérait comme les prémisses de la Révolution Française).
Malheureusement pour les étudiants, les barricades faites de tables et de chaises ont été vite brisées sous les coups de boutoir. Une évacuation "propre et nette", un véritable "coup de Kärcher", (mais d'autres "racailles" pour reprendre l'expression du petit frisé, celles-ci étant bien plus coriaces)...
Au final, des vitres brisées, et des médias qui glosent autour d'un évènement symbolique : la Sorbonne n'a pas été occupée depuis les évènements de Mai 68...
EDIT du dimanche :
Mention spéciale aux esprits bas de gamme qui ont abîmé ou détruit des ouvrages de l'école des Chartes. Quand même, il est bien dommage de voir un mouvement entâché par ce genre de débordements, lesquels jettent l'oppobre sur une occupation qui finalement restait peu violente : En tout cas, cela fait réagir le ministre de l'Education (Cf le Nouvel Observateur [>) :
Gilles de Robien a accusé les manifestants d'être "des gens qui dégradent la chose publique et qui ont été jusqu'à précipiter une jeune handicapée dans l'escalier". Il faisait ainsi à nouveau référence à la chute d'une étudiante à Paris X-Nanterre vendredi. Le ministre affirme que celle-ci a été "bousculée" par des grévistes, une version contestée par les étudiants présents qui affirment que la jeune fille est tombée "accidentellement". "C'est inadmissible, c'est un tournant qui devrait faire réfléchir celles et ceux qui lancent des mots d'ordre, qui sont encore très jeunes, qui n'ont pas d'expérience, qui sont tout juste des adultes et qui envoient comme ça des étudiants dans la rue", a encore lancé Gilles de Robien.Concernant plus particulièrement l'occupation de la Sorbonne, il a également accusé les manifestants de "détruire le patrimoine national qui est accumulé là depuis des siècles et des siècles". Selon lui, des "livres anciens" ont été "déchirés", du "matériel cassé", un "bâtiment abîmé". "Dans une démocratie, on peut, d'abord on doit, voter, on peut, le cas échéant, manifester dans le calme en passant des messages, mais se conduire en casseurs non !", a justifié Gilles de Robien."Nous sommes dans une République et par conséquent il est normal que, quand il y a des actes odieux comme cela, on intervienne de façon à les limiter et les éviter", a-t-il poursuivi.

Un mouvement étudiant ne devrait pas en arriver à de telles extrémités (quand bien même il faut se méfier de l'instrumentalisation des faits, ça arrange bien le gouvernement de voir ce genre de faits attristants, afin de pouvoir faire dire à la population : les étudiants sont de dangereux individus !)

Soyez prudents, amis lecteurs!

4 commentaires:

Etudiant de l'UVSQ a dit…

Salut les gars, je vous fait juste par de se que je pense, si ça interresse certains.

J'arrive pas a me décider sur le CPE.
Est ce une solution pour diminuer le chomage, relancer l'économie...
Ou juste une grosse daube.

Mais la n'est pas le probleme, suivant le résultat, je jugerais en 2007.

Mais ce qui m'énerve sur cette actualitée, c'est:

Les AG anti-démocratiques.
Les bloqueurs de campus.
Les violents qui ont saccagé la Sorbonne.

Pourquoi pas fair une manif toute les semaine, propre.
Qui montre que les étudiants sont responsable et digne de participer aux débats.

Ok , c'est moins marrant pour certains que de tout peter et dormir dans les amphis.

Élo a dit…

Cher étudiant de l'uvsq :
En théorie, les AG doivent être la représentation démocratique d'un mouvement étudiant.
Le blocage du campus divise en effet la population étudiante, nous (les deux contributeurs de ce blog) ne sommes d'ailleurs pas forcément d'accord sur les moyens à employer. Dormir sur place pour "tenir le siège" et éviter de se faire virer par la sécurité.

Par contre, un point sur lequel nous serons d'accord cher étudiant de l'uvsq, le saccage de la Sorbonne, ça fait un peu tâche. Ceci dit, son occupation a fait flipper pas mal les gens, et vraiment montrer le malaise que soulève le CPE.
Et les casseurs n'étaient pas tellement prévus à la noce...
De plus, les médias se sont fait un plaisir de reprendre ces images, limite s'il ne manquait pas l'appel à Sarkozy ("viens nous sauver ils sont tous fous!").

Chacun son point de vue, évidemment, mais pour le moment, il semble qu'il n'y ait pas de risques de revoir la même scène à l'UVSQ...

Anonyme a dit…

Comme tu le dis si bien en théorie les AG...

Mais comme souvent, tout le monde peut pas rentrer.
Le vote a main levé est approximatif.
Le vote n'est pas anonyme...
Bref la démocratie en AG, c'est pas toujours le cas.

On verra a l'UVSQ.
Pourquoi pas faire de vrai vote comme les elections des representants ?

masseux de versailles a dit…

organiser un vrai vote est assez complexe et surtout couteux...
il faut determiner les modalités comment etre sur que chacun ne vote qu une et une seule fois...
pour le deconte je epnse que quoi qu il arrive il restera une marge d imprecision et quand bien meme il y aura toujours des contestataires...

ensuite au niveau du vote a main levé je sais pas quoi en penser... c est vrai qu du cou c est plus tres ( meme plus du tout lol ) anonyme en meme tempss si t as des convictions tu les assumes..

Enfin au niveaéu de la representativité des AG c est le seul argument que je trouve absolument irrecevable... l ag est ouverte a tous... et doit on reprocher aux anti cpe de se mobiliser contrairement a ceux qui sont pour... ensuite si ce n est qu un probleme de place il est premierement le meme pour tout le mnode, il serait ensuite tout a fait envisageable de realiser l AG a ciel ouvert... le campus est me semble t il suffisement grand.. et sinon a versailles la je suis sur que ca tiens a l exterieur


Tiens au passage... on ferait un sitting sur la place d armes.... ca ca aurait de la gueule...