21 février 2006

[EMPLOI] Mobilisation contre le CPE : Aujourd'hui des facs en grève ! Demain tous dans la rue !

Le mouvement contre le CPE commence à faire tâche d'huile.

8 facs sont en grève : Rennes 1 et 2, Toulouse 2 et 3, Poitiers, Brest, Nantes et Nanterre.
D'autres facs sont en lutte dont Versailles-Saint Quentin avec une 3e AG aujourd'hui d'une soixantaine d'étudiants.

La mobilisation continue !
Jeudi 23 févrrier : manif RDV 14h30 place d'Italie - 11h30 Départ groupé de la fac Hall Vauban
Le 7 mars : nouvelle manif lycéens, étudiants, salariés

Hack par Damien : des étudiants de Nanterre ont publié un blog sur le CPE. Cela se passe à cette adresse. Il a un but informatif, comme en témoigne leur description :
Sans prétendre faire la leçon, nous espérons que ces analyses nourriront les réflexions et le débat autour du Contrat Première Embauch.e

1 commentaire:

Lucas a dit…

Oui, et après... La loi va passer, un contrat (un de plus me direz-vous) va être créé pour (ou contre selon les tendances politiques) les jeunes de moins de 26 ans.

La loi va passer, alors, il est peut-être temps de se servir de ce contrat... C'est bien beau d'hurler contre le C.P.E, ceux qui hurlent le plus prétendent faire du social, alors, qu'ils en fassent réellement...

Je vais leur donner ma petite recette pour faire du social. D'abord, il leur faut créer une entreprise, peu importe son secteur d'activité. Ensuite, il faut que l'actionnariat soit INTEGRALEMENT composé d'organisations syndicales. Après, elle embauche du personnel de moins de 26 ans avec le CPE, puis, avec l'excédent de trésorerie du au crédit de cotisations sociales, l'entreprises peut embaucher un autre salarié et développer son activité... etc, etc, etc...

La boucle est bouclée, le chômage des jeunes pourrait être résorbé en un rien de temps.

Mais non, il faut aller dans la rue, provoquer l'immobilisme, stopper une réforme qui pourrait bénéficier aux jeunes si des gens ont le COURAGE et la VOLONTE de faire du SOCIAL et non de faire du socialisme pour du socialisme. Arrêtons de croire bêtement ces montreurs de marionnettes que sont les 68ards attardés d'aujourd'hui, l'avenir de la jeunesse, c'est l'entrepreneur, pas l'actionnaire.

Si les jeunes veulent travailler, ils doivent créer eux-même leur emploi. Seuls, ils ne le peuvent pas, mais organisées, les syndicats peuvent les y aider.